Musée virtuel du Canada
Jardin botanique de Montral 
Centre d’étude de la forêt

Transcription du clip vidéo La séparation des tâches

Retour au clip vidéo


Dans le bois d’aubier, les feuillus, tels des plombiers, soudent de petits tuyaux pour créer de longues conduites.

Représentation d'un vaisseau avec une cloison partiellement disparue

© Jardin botanique de Montréal
Éléments de vaisseaux

Ils bâtissent leurs vaisseaux, qui courent sur plusieurs mètres, voire sur la hauteur totale de l’arbre, en raccordant des éléments de vaisseaux d’à peine quelques millimètres de long.

Il ne reste qu’une petite bordure, là où une cloison séparait les deux éléments de vaisseau.

Lorsque l’ouverture est grande et circulaire, c’est une perforation simple.

Cette perforation multiple de la cloison, en forme d’escalier, est dite scalariforme.
Tandis que celle-ci, comme un filet, est réticulée.

Représentation de vaisseaux interconnectés

© Jardin botanique de Montréal
Interconnections de vaisseaux

Par les ponctuations, les vaisseaux échangent avec les cellules voisines des différents étages de l’arbre.

Les vaisseaux sont aussi reliés entre eux à travers ces ponctuations.

Ainsi, à partir du même point de départ, l’eau hissée à travers les vaisseaux peut emprunter différentes avenues.

Ceci permet au xylème de fonctionner même si certaines voies se bloquent. Un peu comme des voies de déviation lors de travaux routiers.



Retour au clip vidéo